Guide de Rethymnon

 

Réthymnon. Ville provinciale attrayante, Réthymnon est la capitale du département du même nom. Elle a un aspect caractéristique qui évoque ses passés vénitien et ottoman; ses minarets, en particulier, lui donnent un air exotique. Réthymnon peut être un endroit reposant pour y passer quelques jours tout en s’offrant des petites excursions dans la campagne environnante. Réthymnon est la troisième ville de Crète et a la réputation d’être la capitale intellectuelle de l’île. La ville a ses propres charmes discrets, parmi lesquels on compte les vieux métiers d’artisanat – comme par exemple la lutherie pour la fabrication du violon ou lyra– qui sont encore exercés de nos jours.

La ville de Réthymnon est construite  sur l’ancien site de Réthymna, qui semble s’être développé au cours de la période minoenne tardive; malheureusement, aucun vestige digne d’intérêt à l’amateur n’a subsisté et l’on ne connaît que peu de choses de son histoire. Pendant l’époque médiévale, Réthymnon n’est mentionnée qu’en passant; ses forts et tours sont dessinés vus de loin. La ville forgea son caractère distinctif  durant la période vénitienne aux 16ème et 17ème siècles ; une fine touche d’influence ottomane se rajoute pour lui donner son aspect particulier. Des arches vénitiennes sur un fond de balcons en encorbellement de style ottoman (kiosques en bois surplombant les maisons) donnent une impression unique au visiteur qui flâne dans les petites ruelles.

Sites principaux

Loggia : bâtisse élégante du 16ème siècle, la Loggia est le monument architectural principal de la période vénitienne.

Forteresse vénitienne (Fortezza): c’est la plus impressionnante construction de l’héritage vénitien. Il s’agit d’une grande forteresse surmontant le promontoire rocheux dominant la côte. Entre 1573 et 1580, les Vénitiens étaient déterminés à construire coûte que coûte une citadelle imprenable, après les destructions répétées du fort par les maraudeurs.

Fontaine Rimondi : Alvise Rimondi était un recteur vénitien qui fit construire plusieurs fontaines dans la ville de Réthymnon ; la fontaine Rimondi, qui date de 1623, présente quatre colonnes corinthiennes qui sont d’origine et des têtes de lion par où l’eau s’écoule; l’arrière-mur fut restauré au cour de la période ottomane.

Monastère d’Arkadi : par excellence, le symbole de l’incessant combat et dilemme des Crétois : la liberté ou la mort. Comme ce fut le cas pour de nombreux monastères de l’île- de par leur emplacement isolé dans les montagnes- Arkadi a toujours servi de base aux mouvements de résistance et de rébellion aux puissances étrangères.

Eleftherna : bien que fondée pendant la période minoenne tardive, Eleftherna ne se développe qu’au cours du 8ème siècle av. J.-C. lorsqu’elle devient une cité importante.

Grotte de l’Ida : la grotte est située quatre à cinq heures de marche au sud-est du sommet d’Ida, au bord du plateau de Nida. Elle a été découverte et explorée dans les années 1880 et a rapporté de nombreuses trouvailles, entre autres des boucliers en bronze datant des 9ème et 8ème siècles av. J.-C., témoins des influences assyriennes.

Spili : Le village est connu pour ses cascades, une fontaine assez remarquable et ses arbres d’ombrage; on y trouve d’agréables endroits pour y manger.

Armeni : En 1969, l’archéologue Crétois Tzedakis, a découvert à proximité de ce village un vaste cimetière datant de la période minoenne tardive; de nombreuses tombes taillées à même la roche ont non seulement fourni l’habituelle collection de vases, d’objets en bronze, de bijoux et de seaux, mais aussi une série remarquable de sarcophages décorés de divers motifs.