Guide de Heraklion

 

Héraklion : la plus grande et la plus connue ville de Crète (et aussi la cinquième ville de Grèce),  Héraklion, est le centre politique et commercial de l’île, ainsi que la destination préférée de la plupart des visiteurs. Bien que la ville elle-même n’ait conservé aucun vestige antique, elle offre cependant beaucoup plus d’attrait d’un point de vue historique qu’on pourrait le soupçonner. Surtout, Héraklion accueille la plus grande collection d’art minoen du monde, sans oublier qu’elle est l’étape obligée vers Knossos, le principal site minoen, ainsi que vers d’autres endroits intéressants pour le voyageur.

Sites principaux

Musée archéologique : le site le plus important de la ville de Héraklion, et de loin, est la collection unique d’art et de culture minoens. Le musée nécessite plusieurs visites pour être exploré en détail.

Musée historique et ethnographique : prenant le relais du Musée archéologique, ce musée abrite une collection d’art, d’objets d’intérêt historique et d’artisanat datant des premières années de l’ère chrétienne.

Basilique de Saint-Marc : construite en 1239 par les Vénitiens, elle a été reconstruite comme église du Duc après un tremblement de terre en 1303. L’église fut restaurée en 1961 et est utilisée depuis pour accueillir des conférences et des expositions.

Eglise de Sainte-Catherine : cette église, tellement riche de par sa propre histoire, a été récemment restaurée et est utilisée aujourd’hui comme musée d’art religieux de l’époque byzantine.

Le château vénitien de Koules : cette impressionnante forteresse que nous voyons aujourd’hui est l’œuvre des Vénitiens qui en construisirent la majeure partie entre 1523 et 1540.

Les remparts vénitiens : les remparts vénitiens sont la construction dominante de Héraklion. Dressés au 15ème siècle, ces remparts furent agrandis et améliorés aux 16ème et 17ème siècles.

Eglise de Saint -Tite : les Byzantins construisirent sur le site la première église, qui ensuite fut profondément remaniée par les Vénitiens au 16ème siècle. Les Turcs la transformèrent en mosquée altérant une nouvelle fois  le style d’origine. Finalement, l’église redevint orthodoxe en 1923.

Loggia vénitienne: construite au début du 17ème siècle, la Loggia présente une architecture de style palladien. Aujourd’hui, elle abrite l’Hôtel de Ville de Héraklion.

Fontaine Morosini : c’est au gouverneur-général vénitien Francesco Morosini que l’on doit sa construction au début du 17ème siècle. Les quatre lions sur la fontaine datent du 14ème siècle.

Cathédrale d’Agios Menas : construite entre 1862 et 1895, elle abrite de remarquables sculptures en bois, ainsi que des icônes datant du 18ème siècle.

Knossos : Knossos est sans aucun doute la destination préférée de tous les visiteurs de Crète et reste à la hauteur de sa réputation. On pourra toujours dire que Sir Arthur Evans est allé trop loin dans la reconstruction du site, mais personne ne le quitte sans être impressionné par sa grandeur.

Palais de Malia : bien que les vestiges du palais ne soient pas aussi impressionnants que ceux de Knossos ou de Phaistos, ils sont cependant bien conservés avec un minimum de restauration. La meilleure façon de goûter à l’authenticité et aux plaisirs d’un palais minoen est de se promener dans le site par beau temps et de se laisser surprendre par l’impression que Malia plane entre montagne et mer.

Gortyne : pendant l’époque minoenne, la ville de Gortyne fut complètement éclipsée par la ville de Phaistos. La ville prospéra lorsque les grands centres minoens déclinèrent avec l’arrivée des Doriens.  A partir du 8ème siècle av. J-C, elle s’imposa comme puissance commerciale. Gortyne tomba aux mains des Romains vers 67 av. J-C, comme ce fut d’ailleurs le cas de toute l’île. Faisant partie intégrante de la vision impériale romaine, Gortyne devint le siège du préteur et fut choisie comme capitale de la province romaine de Crète et de Cyrénaïque.