Guide de Chania

 

Chania : La ville de Chania est non seulement la capitale du département du même nom, mais aussi le poumon économique de la partie occidentale de l’île de Crète avec, par conséquent, toute l’activité afférente à sa position.

Chania  est située à l’emplacement de l’ancienne Kydonia –pays des Kydonians, l’un des premiers peuples pré-grecs de Crète. Depuis les fouilles effectuées dans les années soixante dans la ville-même de Chania, et plus précisément dans le quartier de Kastelli, il est apparu de manière évidente que la ville a été habitée pendant une longue période : durant tout le néolithique ainsi que l’époque minoenne et post-minoenne et ce sans interruption. Après l’occupation romaine et tout au long de l’époque byzantine, Kydonia conserva une certaine importance, mais au 7ème siècle de  notre ère elle perdit tout son prestige, comme ce fut du reste le cas de toute l’île. Quand les Vénitiens décidèrent de rebâtir la ville en la rebaptisant du nom de La Canea en 1252, une nouvelle ère de prospérité commença. La Canea a ainsi brièvement joui de la réputation d’être « la Venise de l’Orient » ; cependant, en 1645, elle tomba aux mains des Turcs après un siège de deux mois.

Sites principaux

Le musée archéologique est situé dans l’ancienne église St. François, un édifice qui présente un intérêt historique certain. Bien que la collection minoenne du musée d’ Héraklion soit de loin plus importante, le musée de Chania expose néanmoins une collection intéressante d’objets d’art et des artefacts provenant de la partie occidentale de l’île : vases, pots, seaux, vases en verre, mosaïques, bijoux, pièces de monnaie, ustensiles, armements, inscriptions et statues.

Le musée naval a ouvert en 1973 dans un bâtiment rénové de la forteresse Firkas au vieux port. Y est exposée une petite collection d’articles et de souvenirs associée à l’histoire maritime de Crète.

Quartier de Kastelli : par ce nom, on entend les remparts vénitiens mêmes, qui se trouvent au-dessus du port, ainsi que le quartier. Il reste peu de chose de la forteresse à l’exception de certaines parties des bastions.

Les vestiges de la Kydonia antique, qui ont été mis au jour depuis les fouilles des années soixante, se trouvent  dans le quartier de Kastelli. Les plus impressionnants à ce jour sont ceux du mégaron minoen avec ses planchers pavés et ses espaces destinés à l’entreposage.

Quartier de Splanzia : l’église de Saint-Nicolas, construite sous les Vénitiens, a servi de monastère dominicain et fut appelée ainsi en l’honneur du célèbre évêque de Myra. Les Turcs en firent une Mosquée Impériale du Sultan Ibrahim jusqu’en 1912 quand elle devint une église grecque orthodoxe.

Agia Triada : le monastère, fondé au 17ème siècle,  se situe dans un endroit abrité au pied de collines calcaires. Agia Triada montre une forte influence vénitienne, visible dans son architecture.

Frangokastello : les Vénitiens pensaient qu’ils pouvaient soumettre le peuple de Sphakia et, à cet effet, construisirent cette forteresse impressionnante en utilisant, entre autres, de la pierre provenant d’un site antique. Il s’agit d’une forteresse assez imposante, de forme carrée avec une tour à chaque angle et le lion de Saint-Marc au-dessus de la porte principale. Le tout est encore assez bien conservé.

Les Gorges de Samaria : avec leurs 18 kilomètres de long, elles figurent parmi les plus longues d’Europe ; leur largeur peut varier de 3 à 40 mètres. Ces gorges sont bordées de parois rocheuses verticales de 300 à 600 mètres, parfois tellement abruptes que la lumière arrive à peine en bas. Durant des milliers d’années, des torrents ont provoqué l’érosion de la roche et ont ainsi creusé ces gorges d’une telle profondeur.

Falassarna : ce site a été exploré au début du 20ème  siècle. Il a probablement servi de port de Polyrinia. Suite au repli de la mer, le port de Falassarna et ses installations sont aujourd’hui à sec et éloignés de la mer de quelques mètres.

Chrissoskalitissa : le couvent est construit sur un rocher qui surplombe la mer. Si vous y allez, vous pourrez sûrement compter sur l’hospitalité des Crétois et aussi profiter de la plage située à proximité.